Vincent Planel
Enseignant et anthropologue indépendant


Caricature de Plantu, parue le 15 janvier 2013 dans le journal Le Monde.
Le Monde, 15 janvier 2013, entrée en guerre de la France au Mali


Décembre 2014. Je vis à Sète depuis près d'un an et travaille maintenant comme prof de maths [et sciences], tout en poursuivant mes recherches personnelles sur l'islam, l'histoire des sciences et les phénomènes d'apprentissage.

Formé initialement en physique (1998-2002), ancien élève de l'École Normale Supérieure (2000-2005), je me suis réorienté vers les sciences sociales suite aux attentats du 11 septembre 2001, et me suis investi pendant une dizaine d'années dans le monde académique de l'anthropologie et des études arabes. De 2003 à 2010, j'ai vécu trois mois par an à Taez au Yémen, dans le quartier populaire de Hawdh al-Ashraf. À travers ces enquêtes successives, j'ai tenté d'acquérir une intuition de l'histoire sociale locale, fondée sur l'expérience des interactions de la sociabilité masculine urbaine et l'analyse des rapports ambigus entre les Yéménites et l'Étranger. En fait mes recherches s'organisaient autour d'une énigme : en 2003, lors de mon premier séjour de terrain, il s'était passé quelque chose, qui ne fut totalement compréhensible que bien des années plus tard…

  • Pour un exposé assez théorique de ce que j'essayais d'expliquer dans cette thèse, je renvoie à mon résumé pour le Prix Michel Seurat du CNRS, rédigé à l'automne 2008. Le discours prononcé à cette occasion, qui fait particulièrement écho à la situation actuelle, est disponible ici.
  • Pour un bilan de mon implication dans le monde académique, rédigé cinq ans plus tard et au lendemain des Printemps Arabes, je renvoie à ma dernière intervention dans le cadre académique, le 6 juin 2013.
  • Les publications scientifiques liées à ce projet restent disponibles sur Academia.edu - y compris des exposés en anglais et quelques traductions arabes.

Mon blog sur Médiapart

Mes derniers billets :
  • Sur la DGSI et les "intellectuels musulmans", voir mon billet du 7 décembre 2015 ;
  • Sur la guerre menée au Yémen par l'Arabie Saoudite, voir mes réactions à chaud le 23 mars (trois jours avant le déclenchement de la guerre) et le 20 avril 2015 (un mois après) ;
  • Sur le massacre de Charlie Hebdo et la manière dont la France a traversé les années Bush, voir mon billet du 12 janvier 2015 ;
  • Sur la figure d'Averroès, l'histoire de l'islam et son traitement par les institutions culturelles françaises, j'ai mis en ligne le 8 janvier 2015 quelques jalons d'une réflexion en cours.
Positions exprimées au cours de l'année 2011 :
  • sur le sens à donner à la Révolution tunisienne (3 février 2011) ;
  • sur la continuité du phénomène, de Sidi Bouzid à Taez (25 février 2011) ;
  • sur la responsabilité des sciences sociales occidentales dans l'enlisement de la Révolution yéménite (10 avril 2011) ;
  • sur l'inanité de certaines mobilisations normaliennes telles qu'elles se déroulaient au moment de la chute de Ben Ali… (15 janvier 2011).

Pour méditer :

  • Quelques citations choisies de l'anthropologue Gregory Bateson.
  • La page d'Ovamir Anjum, jeune chercheur américain opérant véritablement le pont entre sciences sociales et théologie islamique médiévale.
  • L'univers politique et musical d'Ani Difranco.
  • Quelques jolies photos

Pour me joindre par mail :

Décrypter l'adresse suivante : vinXXnt_mansour [arobase] yahoo [point] fr


drapeau Yéménite sur lequel la bande blanche est réduite à une bougie(Rashad Al-Samii)

Mise à jour avril 2016